DANS LES YEUX DU CIEL

dans-les-yeux-visuel-afficheDANS LES YEUX DU CIEL : Est-ce ainsi que les hommes se revoltent…

 

C’est le temps des révolutions arabes. L’évocation de la vie d’une prostituée,

et de celle de ses clients, nous plonge sous les draps d’une société déchirée entre la bonne morale affichée et ses mœurs cachées. Mais aussi dans un monde arabe secoué par un souffle nouveau. Une fusion entre un destin personnel et collectif dont le public perçoit très vite la portée universelle…

 Pourquoi j’ai écrit cette pièce ?

« Ce qui m’intéresse c’est de savoir comment une prostituée, à la marge de la marge de la société, interroge les normes et les lieux de pouvoir. Cette femme là, c’est tout

le corps du monde arabe des soixante-dix dernières années. Dans sa chambre,

elle entend le soulèvement qui vient. Mais elle connait les hommes, pour les voir « défiler » chez elle. Cette femme prends corps avec l’histoire. Au final, sa petite histoire va venir rejoindre la grande histoire. »

Rachid Benzine, islamologue et chercheur associé au Fonds Ricœur (Paris).

 

Pourquoi j’ai voulu jouer cette pièce ?

« C’est un rôle magnifique: un personnage donne vie à tout un peuple, toute une société en révolution, par la force de son verbe et par sa manière d’incarner celui-ci. Mais cette femme n’est pas « qu’une » femme arabe. Elle symbolise tous les héros

de la liberté. Elle contribue à faire avancer la cause de celle-ci au bénéfice de tous. »

Afida Tahri,  actrice de théâtre et de cinéma.

 

Pourquoi je mets en scène cette pièce ?

« Avec Rachid, nous partageons les mêmes grandes valeurs. Nous croyons

que la création littéraire, le théâtre, le cinéma, la musique peuvent contribuer à faire avancer les idéaux de liberté, de justice, de fraternité. Nous avons le même souci didactique, sûrs que la parole peut changer des vies. »

Papy, metteur en scène, co-fondateur et directeur artistique de AD2 Productions.

 

Tous les mardis, à 19h30. Suivi d’un débat.

Théâtre Montmartre Galabru.

4 rue de l’armée d’Orient. 75018 Paris.

Les commentaires sont fermés